L’histoire de la carotte

L’ancêtre sauvage de la carotte provient certainement de la région qui est aujourd’hui l’Afghanistan. Les colonies sauvages de carottes de couleur blanche, jaune ou pourpre mais pas orange y abondent encore de nos jours. A l’état sauvage la carotte a une racine fibreuse et aigre, ce n’est qu’en la cultivant sous un climat modéré et dans une terre fertile que la racine a grossi et s’est adoucie pour donner une denrée comestible.

Au début de sa culture, c’est pour ses feuilles qui dégagent un arôme agréable qu’on cultivait la carotte. Ensuite les grecs et les romains reconnaissant à la carotte une valeur thérapeutique (notamment pour favoriser l’acuité visuelle) ne l’appréciaient guère comme légume, ils l’utilisaient comme médicament.

Elle conservait une couleur blanchâtre, une peau coriace et un cœur fibreux.

Pline l’ancien dans son histoire naturelle mentionne la carotte sous le nom de « PASTINACA » appellation que l’on retrouve aujourd’hui dans certaines régions de France, ou la  “PASTENADE”  est la carotte.

Longtemps la carotte est violette, jaune, blanche mais pas orange, elle n’arbore sa livrée orange qu’au 16ème siècle grâce aux hollandais en hommage à la maison d’Orange de Hollande famille régnante à l’époque. Elle est dédiée au prince Guillaume qui a permis aux Pays Bas de s’affranchir de la tutelle espagnole et de devenir indépendant. Depuis l’orange est la couleur emblématique des Pays Bas.

Ce légume anti gaspi par excellence ou rien ne se perd, tout se cuisine et se consomme :sa racine, mais aussi ses fanes, ses tiges, ses épluchures.

1 légume sur 5 consommé dans le monde est une carotte.

Les carottes rôties servent à faire un succédané au café.

Les britanniques fabriquent un vin à partir de carottes.

Les fleurs de carotte sont des plantes mellifères appréciées par les apiculteurs.

Le mot carotte est utilisé dans de nombreuses expressions :

” Les carottes sont cuites ” désigne une situation désespérée.

« Marcher à la carotte » veut dire agir en étant motivé par l’appât du gain.

« La carotte et le bâton » parlant des 2 moyens de faire avancer une personne en lui faisant miroiter une récompense ou une correction.

” Manger des carottes rend aimable et donne les fesses roses ” pour mettre en évidence les bienfaits contenus dans ce légume.

Le verbe » carotter » qui veut dire voler.

« Poil de carotte » pour désigner une personne rousse.

Les » bœufs-carottes » pour parler de la police des polices qui fait mijoter longuement leurs collègues lors de leur audition, comme on fait mijoter la préparation du même nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *