L’histoire de l’ aubergine

 

L ‘histoire de l’aubergine

De la famille des solanacées tout comme la tomate et la pomme de terre, l’aubergine a longtemps inspirée de la méfiance. Pourtant il y a 4000 ans qu’elle est cultivée en Asie méridionale où elle est un légume très apprécié. Elle gagna l’Afrique du nord dans les malles des grandes caravanes perses et enfin elle arriva dans le bassin méditerranéen en Espagne. Mais en Europe son gout acre et amer à la fois déplaît, sa propension à noircir une fois coupée la rend suspecte, de plus la couleur violette de certaines variétés rappelle les fruits de la belladone une plante mortelle. A cette époque les médecins lui attribuent l’origine de fièvre et des crises d’épilepsie on l’appelle SOLANUM INSANUM qui veut dire pomme malsaine on l’appelle aussi parfois la pomme de Sodome ou pomme des fous. Elle reste une plante ornementale en raison de ses fruits qui ressemble à des œufs, notamment la variété blanche d’ailleurs en Angleterre son nom est Egg plant : la plante aux œufs. Comme on ne sait pas la cuisiner on l’utilise comme cataplasme pour soigner les brûlures.

Au XIV siècle elle débarque cette fois ci en Italie en provenance d’Afrique du Nord sa carrière est lancée. Elle va retenir l’attention de Louis XIV qui demande qu’elle soit cultivée dans le potager de Versailles et elle pénètre dans les restaurants parisiens notamment chez les frères provençaux célèbre restaurant du palais royal. Linné va changer son nom en SOLANUM MELONGENA qui veut dire la pomme mauvaise mais apaisante.

En Turquie, elle est à l’origine de nombreux incendies, car ses habitants allumaient des feux devant la porte de leur maison pour faire griller des aubergines sans se soucier de la direction du vent, d’ailleurs un vent encore aujourd’hui porte le nom de patlican meltemi qui signifie vent de l’aubergine.

Au Maghreb, on savoure un plat appelé buraniya en mémoire de la princesse Buran mariée à un calife de Bagdad en l’an 825 qui réalisa un ragoût d’aubergines. Et c’est grâce à ce ragoût considéré comme une merveille culinaire que cette princesse est entrée dans la postérité.

Arrivée aux Antilles elles trouvent un climat en harmonie avec sa nature tropicale et peut atteindre les 3 livres. Là-bas elle est baptisée Bélangère ou Bérangère. A la Réunion, on l’appelle bringelle.

On prête à l’aubergine des vertus aphrodisiaques, sa forme suggestive en fait un symbole phallique. En Provence l’aubergine est nommée viedaze qui signifie vit d’âne. Sur les réseaux sociaux l’icône de l’aubergine est utiliser dans le même sens, raison pour laquelle Instagram l’a banni de son moteur de recherche en 2015.

En Iran un dicton prétend qu’on ne vole pas une aubergine amère ce qui veut dire qu’on ne vole pas quelque chose qui n’a aucune valeur ou que l’aubergine ne craint aucun dommage ce qui signifie qu’elle ne vaut pas grand-chose. En Catalogne conter des aubergines est l’équivalent de notre raconter des salades et en Castille on se fourre dans une aubergine quand on s’emmêle les pinceaux.

Pourtant en Chine où elle est appelé melon pourpre on prétend qu’une femme est prête pour le mariage que lorsqu’elle est en mesure de réaliser correctement 12 plats différents à base d’aubergines, ces dernières faisaient partie des offrandes à l’empereur. Les élégantes de la Chine impériale appliquaient sur leurs dents une laque composée de teinture de peau d’aubergine. Grace à ce soin de beauté elles pouvaient alors arborer un sourire aristocratique de l’époque et exhiber fièrement leurs dents toutes noires signe d’appartenance à la haute société.

Le violet très employé dans toutes les religions est symbole d’intense spiritualité et de pacifisme toujours est-il que le mot aubergine désigné au XIX siècle un évêque.

La préfecture de police de Paris engagea par contrat à partir de 1971 du personnel  pour contrôler le stationnement des automobiles sur la voie publiques , en recrutant principalement des femmes vêtues d’un uniforme lie de vin pour les identifier tout en les différenciant des agents de police dont elle n’avaient pas les mêmes droits ni les mêmes prérogatives on les appela des aubergines en référence à la couleur de leur uniforme , elles furent remplacée par des pervenches en 1976 toujours en référence au changement de couleur de leur uniforme.

Depuis quelques décennies les qualités de l’aubergine reconnue par les nutritionnistes lui ont donner le droit de figurer en bonne place sur les tables de toute l’Europe après avoir gouté au caviar d’aubergine et à la moussaka, essayer le papeton une purée d’aubergines et d’œufs dans un moule qui à l’origine à la forme d’une tiare papale ou le gigot de Pétain une aubergine cuite entière dans de l’huile d’olive et de l’ail lorsque sa peau est caramélisée couper la en 2 et déguster la avec des tartines de moutarde .

Si on vous propose en entrée l’imam évanoui acceptez ce délicieux plat d’aubergines froides gorgées  d’huile d’olive et d’herbes aromatiques car avant d’être un délicieuse recette c’est une légende .Il y a très longtemps un imam voulut épouser une jeune fille grandement douée pour la cuisine .Il alla trouver le père de sa future épouse et exigea pour dot 12 grosses jarres remplies à ras bord d’huile d’olive la plus pure .Au retour de la noce , la jeune cuisinière s’avisa de faire tremper dans l’huile des aubergines pour confectionner sa spécialité lesquelles absorbèrent en quelques jours l’intégralité de l’huile .Devant l’horreur de la chose , sa dot bue intégralement par les légumes , l’imam s’évanouit.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *